fbpx

IOS 14.5, la fin du suivi des données?

Table des matières


Introduction

Comme chaque année, Apple nous propose la version améliorée de son IOS. Depuis le 29 avril, les détenteurs d’iPhone ont donc la possibilité de mettre à jour la version IOS 14.5. Cette fois-ci, plusieurs changements importants sont à noter, que faut-il en retenir ?

Quels sont les changements de cette mise à jour?

Tout d’abord, des améliorations classiques de moindre mesure sont à noter : un meilleur déverrouillage grâce à l’identifiant de visage lorsque vous portez un masque (pour les utilisateurs d’Apple Watch uniquement), de nouveaux emojis, la prise en charge des contrôleurs PS5 et Xbox Series X. cependant la réelle nouveauté est la réforme autour de la protection de données. Un sujet au cœur des discussions ces dernières années. Nous allons donc développer point par point cette révolution tout au long de l’article.

Le consentement est désormais obligatoire

Apple a donc donné de nouvelles directives aux développeurs d’application afin de les informer qu’il est désormais impératif de demander aux utilisateurs la permission de les suivre sur les applications et les sites Web appartenant à d’autres sociétés.

A quoi faut-il s’attendre ?

Anciennement, les informations à propos de la collecte de données étaient en arrière-plan avec un bouton d’acceptation prédominant à une situation où l’utilisateur voit partiellement les informations collectées. Il avait le choix entre un bouton, au lancement de l’application, lui permettant d’accepter ou de refuser que l’application le track. L’ATT est donc sans aucun doute une avancée dans la protection de la vie privée des utilisateurs. Cette révolution initiée par Apple engendre également de facto des changements importants auprès des autres acteurs de l’industrie du mobile.

Un élément important sur lequel Apple préfère rester discret est l’avantage concurrentiel créé grâce à cette réforme. À savoir qu’Apple est en pleine phase d’expansion de ses activités reliées aux services publicitaires avec notamment Apple Search Ads. En ne permettant plus aux applications de récolter les données auxquelles Apple a toujours accès, il est évident que nous sommes face à une concurrence déloyale.

Quelles étaient les réglementations avant IOS 14?

Avant, les développeurs avaient la possibilité de faire usage de plusieurs outils pour suivre les données utilisateur à partir d’une application. Les annonceurs pouvaient ensuite les utiliser conjointement avec des données similaires provenant du reste du Web afin d’identifier les informations sur un utilisateur et les exploiter à profit. Le but étant de mieux les recibler.

De plus jusqu’à présent le principal outil des développeurs était un système contrôlé par Apple qui existe depuis une dizaine d’années (Identifier for Advertisers (IDFA)). Ceci dit les développeurs pouvaient s’ils le souhaitaient utiliser d’autres outils et méthodes tiers pour rassembler les données des utilisateurs.

Techniquement, la transparence du suivi des applications à elle seule n’apporte aucun changement sismique à la façon dont iOS gère le suivi des publicités. Les utilisateurs pouvaient déjà désactiver le suivi basé sur IDFA auparavant, mais la nouvelle mise à jour place le choix au premier plan.

Comment supprimer le suivi de données?

Pour commencer, assurez-vous que le logiciel de votre iPhone est mis à jour vers iOS 14.5. Vous pouvez vérifier cela en accédant à l’application « Paramètres » et en appuyant sur « Général » puis sur « Mise à jour du logiciel ». Ensuite vous pouvez vous rendre à nouveau dans les paramètres -> confidentialité -> suivi. Vous pourrez dès lors vérifier les applications pour lesquels vous avez accepté ce suivi.

suivi notifications

Une fois cela fait, il y a deux options principales. Le premier vient avec les popups. Lorsque vous êtes dans certaines applications, l’iPhone commence à vous demander si vous souhaitez autoriser l’application à vous suivre. Si vous dites non, l’iPhone s’assurera que l’application ne reçoit pas de données basées sur votre IDFA. Si vous dites oui, cela permettra à l’application de collecter des informations sur vos habitudes en ligne.

Le volume de pub auquel les utilisateurs seront exposés restera inchangé dans les deux cas. Mais en cas de refus de suivi de vos activités, vos annonces seront nettement moins ciblées que celles qui vous sont actuellement affichées.

Il est évident que certaines applications utilisent les données des utilisateurs sans avoir besoin de le faire pour le bon fonctionnement de leur appli. On peut donc considérer que l’évolution en matière de protection de données impact l’économie sous-jacente vers quelque chose de plus éthique.

L'impact de Facebook

Facebook sort grand perdant de ces changements. Celui-ci s’appuyant sur le suivi des utilisateurs pour diffuser des publicités ciblées, ce changement pourrait signifier plus de difficultés pour atteindre le même niveau de précision. Le géant américain a tenté de donner une tournure positive à la situation, jouant sur le fait que les gens préfèrent voir des publicités personnalisées plutôt que des publicités aléatoires. De plus, les publicités ciblées profitent principalement aux petites entreprises. Cependant, l’appel de Facebook auprès d’Apple pour trouver un terrain d’entente n’a pas porté ces fruits.

Comme relevé précédemment, Facebook fait partie des acteurs qui reprochent à Apple son discours contradictoire autour de la protection de la vie privée. Il parait évident pour eux que ces décisions sont motivées par le profit. Cette nouvelle réforme risque de diminuer la monétisation par le biais de l’Audience Network et donc Apple force les entreprises à se tourner vers les abonnements ou les paiements au moyen de l’application, soumit à une taxe Apple allant de 15 à 30 %.

Concernant les annonceurs, la publicité sera moins efficace et efficiente, car moins d’éléments de précisions. Des études de Facebook démontrent que sans les publicités personnalisées alimentées par la récolte de données privées impact surtout les petites entreprises qui pourraient voir diminuer de plus de 60 % les ventes de leur site Web provenant de la publicité.

Est-ce que les applis coûteront plus cher?

Cela reste à voir. Des entreprises telles que Facebook ont certainement averti que les changements d’Apple engendreraient moins de recettes par conséquent une propension élevée. Certains outils deviendront payants puisque la plupart des applications tirent leur profit des publicités.

Si les anciennes applications gratuites commencent à facturer les utilisateurs d’iPhone, qui en ressort encore gagnant ? Apple, qui prélève une commission sur les ventes réalisées via son App Store. 

THE NEWS ENTREPRENEUR

Le repère pour votre business